Soyez un patron

Soyez un patron

Scott Adams

Être un patron veut dire beaucoup de choses. Vous avez comme tous salariés des droits mais également des devoirs. En effet, ce n’est pas seulement le titre qui est important encore faut il le mériter. Mais au fait quelles sont les tâches d’un patron ? Suivant les livres de management on vous donnera des dizaines de tâches réalisées mais quand est il de la fonction ? Que doit faire un patron, qu’attend t’on de lui comme salariés, comme clients, comme fournisseurs ou alors encore comme actionnaires ?

Pour moi, un dirigeant d’entreprise a 3 fonctions principales : définir une stratégie, décider et manager. Ce sont les 3 fonctions de base d’un dirigeant. Le reste n’est pas de son ressort.

Définir une stratégie.

Même s’il n’est pas actionnaire majoritaire – d’autant plus s’il n’est pas actionnaire – un dirigeant est recruté pour définir une stratégie. Il doit être capable de prendre du recul pour pouvoir avoir une vision à 360° de l’entreprise et pouvoir définir les axes stratégiques de l’entreprise. C’est d’autant plus important que cela motive les salariés (cf Motivez vos salariés en temps de crise). Vous aimez savoir où vous allez. Eh bien au travail, vos salariés sont pareils.

La question qui vous vient ensuite à l’esprit c’est comment ? Il est impossible de définir une vision en quelques minutes ni en quelques jours. C’est un long processus qui peut prendre des moins. La condition sine quo none pour le faire : il faut avoir du temps donc prendre du recul. Cela signifie que vous devez également apprendre à déléguer. Vous trouverez la méthodologie pour y arriver dans le prochain article.

Décider.

En tant que dirigeant, vous avez des droits mais aussi et surtout des devoirs. Ce que l’on attend de vous est de décider, de trancher. C’est souvent pas facile car d’une manière ou d’une autre vous ferez un mécontent. Il faut donc procéder avec méthode et communiquer.

Pourquoi adopter une méthode ? Tout simplement pour que vos collaborateurs connaissent les règles du jeu et n’aient pas l’impression que dans votre entreprise, c’est le règne de l’arbitraire. Une méthode que j’emploie pour trancher c’est d’abord d’examiner les faits, entendre les différentes parties et ensuite prendre sa décision fondée sur les faits, les avis et son intime conviction. Sachez que comme vous n’êtes pas parfait, il est impossible d’être 100% impartial. Faites de votre mieux et garder à l’esprit une chose, vos décisions doivent aller dans l’intérêt de l’entreprise et non de l’un ou l’autre collaborateur. N’oubliez pas, ne vous basez pas uniquement sur votre intime conviction pour décider, vos sentiments peuvent parfois obscurcir votre jugement.

Une fois que votre décision est prise, vous devez l’argumenter, c’est-à-dire donner les raisons qui vous ont amené à la prendre. Une fois que vous avez établi ces raisons, vous pouvez ensuite communiquer de toutes les manières qui vous semblent appropriées, même par voix orale si vous les souhaitez. Mais attention, les écris restent les mots s’envolent.
N’oubliez tout de même pas deux choses. La première, la forme est toute aussi importante que le fonds – en d’autres termes appliquez vous sur la manière dont vous allez la communiquer. Et surtout, n’oubliez pas de mettre en avant vos arguments, vos raisons. Ils sont tout aussi important que la décision en elle même.

Il va de soi que vous n’allez pas utiliser cette méthode pour toutes les décisions. Seules les plus importantes ou dans le cas d’un différend entre collaborateurs vous pourrez l’utiliser. Vous verrez même que si vous l’utilisez régulièrement, vous aurez même tellement l’habitude que cela deviendra un réflexe pour chaque décision.

Manager.

Manager est un terme qui est utilisé à tord et à travers pour désigner tout et n’importe quoi. Pour moi, il a un sens précis. Il a même deux composantes. Le management c’est d’abord l’art du contrôle. Vous devez contrôler le travail de vos collaborateurs pas seulement pour l’intérêt de l’entreprise – c’est vital – mais aussi car les salariés en ont besoin à différents degrés. N’avez vous jamais été dans une entreprise avec une totale autonomie et vous ne vous êtes jamais dit : « mon patron me demande jamais rien sauf en fin d’année et encore. J’aimerai qu’il regarde ce que je fais ». C’est une simple question humaine. On aime bien que l’on sache non seulement si son travail est correcte mais aussi et surtout si son travail est utile – pour la reconnaissance de soi. L’être humain aime se situer, il faut donc lui en donner les moyens.

Le contrôle ne va pas sans communication du résultat soit la récompense soit la sanction. En effet, si on vous contrôle régulièrement et qui rien ne se passe jamais, cela n’a aucun intérêt. Il faut donc contrôler et ensuite soit féliciter le collaborateur, soit le sanctionner. Même si parfois cela peut vous sembler difficile, la sanction fait partie du management. Il est clair que tout n’est pas blanc ou noir. Vous pouvez féliciter un collaborateur en émettant par exemple quelques pistes d’amélioration ou en pointant quelques insuffisances. Les entrepreneurs le font généralement. Par contre, quand vous sanctionnez un collaborateur, vous y mettez tellement d’émotion, que souvent la communication est sèche. Sanction et c’est tout. Cela peut être malheureusement fatal. Vous devez expliquez la sanction et mieux encore, vous devez comprendre les raisons de cet échec pour rester sur une note positive avec votre collaborateur pour lui laisser une porte de sortie. Attention pas pour quitter l’entreprise – quelle perte – mais pour essayer de s’améliorer.

En conclusion, vous voyez là encore que tout est une question de dosage basée sur les relations humaines. Maintenant que vous savez ce qu’on attend de vous, foncez et devenez un vrai patron!!!

Retrouvez le prochain article Adoptez vous une vision mercredi 20 février 2013

Laissez un commentaire afin de pouvoir améliorer ce blog